MANIFESTE ÉTUDIANT POUR UN RÉVEIL ÉCOLOGIQUE

12 juin 2019

Le C3D recevait ce jeudi 6 juin trois étudiants (HEC, Sciences Po, Polytechnique) membres du mouvement qui a débuté fin 2018 et est à l’origine de la publication du « Manifeste étudiant pour un réveil écologique » qui compte aujourd’hui près de 30 000 signataires.

Les étudiants ont tout d’abord rappelé l’urgence de la situation climatique à partir de quelques faits scientifiques. Concernant le réchauffement climatique, son évolution probable d’ici à 2100 est de +4° et les zones géographiques deviendront alors invivables. Ils ont ensuite fait part du constat alarmant qui a motivé l’écriture du manifeste. Malgré l’urgence de la situation environnementale, il subsiste encore aujourd’hui une réelle inertie vis-à-vis de ces sujets cruciaux. Le manifeste tente donc d’exprimer les craintes qui découlent de ce constat, de formuler certaines demandes des étudiants d’aujourd’hui notamment à l’attention de leurs futurs employeurs, et de mobiliser les étudiants afin de sensibiliser davantage sur ces sujets.

DEMANDES A L’ATTENTION DES ENTREPRISES

  • Mieux prendre en compte la finitude des ressources et matières premières
  • Baser les modèles d’affaires des entreprises sur la sobriété et l’économie circulaire
  • Repenser la finalité de leurs produits
  • Mieux prendre en compte leurs externalités négatives
  • Adopter des scénarios crédibles de réduction d’émission de Gaz à Effet de Serre
  • Etre cohérentes auprès des Parties Prenantes avec lesquelles elles interagissent
  • Délivrer des formations sur les enjeux climatiques à leurs collaborateurs
  • Mettre à profit les talents pour des objectifs de transition et pas uniquement des objectifs financiers
  • Que les raisons d’être des entreprises soient véritablement en accord avec la transition écologique et pas seulement par effet de communication
  • Ils lancent un appel aux membres du C3D présents sur la nécessité de faire changer notre système économique, auquel les étudiants d’aujourd’hui ne croient plus.

SUJETS ABORDES LORS DE LA PARTIE QUESTIONS / REPONSES

  • L’utilité du boycott de certaines entreprises qui ne sont pas en accord avec leurs valeurs. N’est-on pas plus efficace en faisant changer de l’intérieur une entreprise moins performante en termes de RSE/DD qu’en travaillant dans une entreprise déjà acquise à ces causes? Pour les étudiants il est parfois nécessaire de passer par le boycott pour pousser au changement. La notoriété de leurs écoles et universités joue donc un rôle dans l’impact de ce type de boycott.
  • La décroissance : les étudiants ont répondu que sans pour autant prôner la décroissance ou la fin de notre système économique il était aujourd’hui nécessaire de changer de système de valeur. Il faut mettre en avant la performance et la création de valeur extra-financière et ne plus seulement valoriser la valeur financière dans les modèles de comptabilité.
  • L’accueil qui est réservé aux étudiants par les dirigeants d’entreprises? La prise de parole n’est pas toujours simple et certains chefs d’entreprise mettent en avant des démarches RSE qui ne sont malheureusement pas vraiment proportionnelles aux externalités négatives que les activités causent. Les étudiants souhaitent entendre une vision concrète et de long terme.

Le mouvement étudiant cherche aujourd’hui à s’étendre au-delà des grandes écoles et universités et à s’internationaliser.

Lien utile pour en savoir plus : https://pour-un-reveil-ecologique.fr/

Danesh Kermabon-Haq